Liban 2006     Tactique de combat en zone urbaine .

Liban 2006.

Les stratégies .

Liban 2006 est associé à :

http://palestine1967.site.voila.fr

 

  Index Alphabétique  
Cartes Index Thématique Photos
  Index Fil Rouge  

 Retour


Combats en zone urbaine .


Cette page a pour unique but de vous faire comprendre les images et les questions d'actualité .
Ce n'est pas un cours d'instruction militaire .


Le combat en zone urbaine devient de plus en plus fréquent .

Paradoxalement,aucun système d'arme n'y est spécifiquement adapté à l'heure actuelle,et aucune stratégie spécifique non plus .
Dans un cas comme dans l'autre il faudra "faire avec ce que l'on a",cad adapter des moyens et une méthode de combat classique à une méthode de combat en zone urbaine .
Tout sera question de choix,et le choix sera question de moyens et de circonstances .


Principe de progression :

A fin d'éviter les tirs fratricides et les prises à revers, il faut toujours progresser de façon coordonnées et parallèles .
La progression doit se faire suivant une vue d'ensemble, et absolument pas de façon improvisée en se ruant sur un "vide" (apparent ou réel) dans le dispositif ennemi .

Il faut toujours avoir en tête que :

  • Le combat devient tridimensionnel au niveau "terrestre"( l'ennemi peut occuper les caves ,les parkings,les canalisations,les passages souterrains,les étages et les toits) .
  • Le terrain est imprévisible ( vue réduite,fumée,poussières,égouts,passages sous-terrains,métros,parkings,etc ...),et le danger permanent à avoir toujours à l'esprit est le risque de tronçonnage des unités engagées .

Le combat en zone urbaine est un combat long, lent et sans gloire, sans initiatives personnelles débridées,ni faits d'armes marquants .


Le principe est toujours le même :

  • Repérage.
  • "Attendrissement" par l'aviation et l'artillerie  des obstacles prévisibles .
  • Les blindés lourds ouvrent la voie .
  • Les blindés légers spécialisés servent d'appui-feu et de progression sur les flancs ;
  • L'infanterie "nettoie" l'espace dégagé et sécurise l'avance des chars (tireurs anti-chars) .
  • Des hélicos ou des drônes d'observation surveillent la progression .
  • Des hélicos d'appui-feu se tiennent près à intervenir en retrait.
  • Des avions d'attaque au sol se tiennent près à appuyer les hélicos .


Les cartes .


La première chose,est de posséder des cartes détaillées de l'endroit (à défaut des photos aériennes de l'endroit ) , à l'échelle de chaque maison .
L'ensemble doit être partagé en "blocs", numérotés non pas suivant le quadrillage militaire classique (lequel doit néanmoins figurer sur les cartes pour désigner les endroits de façon "absolue" à l'artillerie) , mais bien en fonction du quadrillage urbain réel : à chaque bloc d'immeubles", un N° d'identification , et à chaque maison dans ce bloc, un N° d'identification .


Les Blindés :

Le principe est une fois encore très simple :

  • Les blindés sont indispensables dans les combats en zone urbaine .
  • Aucun blindé n'est adapté aux combats en zone urbaine .
  • Tout blindé devra donc être "adapté" au départ des blindés existants .
  • Parmi les points à prendre en considération :
    • La puissance de feu .
    • Le blindage
    • les angles morts
    • Les systèmes d'armes embarqués;
    • Le choix des munitions pour ces armes .

     La puissance de feu .


L'arme principale du char de combat moderne est le canon de 120 mm à haute vélocité .

Ses performances sont fort réduites en zone urbaine :

  • La longueur du canon gène sensiblement sa manœuvre dans les rues étroites ou remplies de décombres .
  • Le dessin de la tourelle gène sensiblement l'élévation vers les étages supérieurs ou l'abaissement du tube vers les soupiraux des caves .
  • Les obus de dotation standard sont destinés au combat à distance intermédiaire,et pas du tout aux combats en zone urbaine . Il faut donc les changer avant d'entrer dans la zone urbaine,ce qui est un premier danger (l'opération se fait à découvert) et une première perte de temps,et il faudra aussi en changer lorsque l'on va quitter la zone urbaine , ce qui ralentira d'autant la sortie .
    Les meilleurs obus en zone urbaine sont des obus à mitraille,à fléchettes,ou à fuel .
  • La dotation standard d'un mortier sous coupole ( comme en dispose le Merkava) est extrèmememnt utile,car il permet d'engager des cibles abrités derrière des obstacles .

   
     Les angles morts .

Deux types d'angles morts doivent être envisagés :

  • les angles morts optiques .
  • les angles morts de feu .

Pour ce qui est des angles morts optiques,les solutions ne manquent pas : soit de la vision directe,soit des caméras .
Les "niches de chien" des israéliens solutionnent la quasi totalité des problèmes .

004.jpg (36064 octets) Photo prise en "territoires occupés",dans le parking d'un poste militaire dont on distingue la tour de surveillance en arrière plan .

Il s'agit d'un M113 renforcé latéralement  par des plaques de blindages additionnelles et espacées .
(c'est un type Zelzal) 

On distingue nettement la "niche de chien" ainsi que les vitres blindées accessoires permettant à l'équipage d'ouvrir le feu latéralement et en élévation .

Les tirs et la protection en élévation sont toujours "discutables" en termes d'efficacité ...


Il en va tout à fait différemment des angles morts de tir : non seulement l'arme doit pouvoir se "débattre" ,mais aussi l'arme doit pouvoir être utilisable à cette élévation ,ce qui implique qu'à cette élévation il n'y aura ni problème d'approvisionement (torsion de la bande d'approvisionement ) ni de problèmes d'évacuation des douilles (qui peuvent coincer le système ...).

Les angles morts de feu d'un char sont très nombreux,surtout en zone urbaine,où l'on demande de très hautes élévations pour les mitrailleuses,ceci à fin d'engager des cibles situées dans les étages d'un immeuble .

Des chars dotés de canons de DCA peuvent remplir cette tâche .

002.jpg (28381 octets)


     Le blindage .

Pour les chars de combat en zone de guerre classique, le blindage doit être principalement renforcé de façon frontale ,alors que en cas de combat en zone urbaine le danger peut survenir de partout,principalement du dos et du toit ,sans oublier le sol (mines enterrées) .
Il est donc indispensable de renforcer chacun de ces points.

L'ennemi principal sera la charge creuse,et non l'obus flèche à sabot détachable,le "sur blindage" doit être choisi en ce sens .

Mais il y a deux limites au blindage et surblindage :

  • La limitante absolue du blindage et du surblindage est  le poids,et donc la mobilité ...
  • La limitante relative est la visibilité et l'angle d'utilisation des armes .


     L'armement du blindé .

En zone urbaine,l'ennemi est très proche,quelques mètres à peine .
L'obus doit donc être actif immédiatement, dès sa sortie du canon,il ne peut donc posséder de "fusée" de sécurité .
Un de ses obus,est le XM 1028,une sorte de balle de chasse à chevrotine, si ce n'est qu'ici, il y a 1100 projectiles ....

Cet obus est idéal pour anéantir les équipes anti char,et permet tout à fait,sans aucun risque à un blindé de tirer sur un autre blindé "ami" qui est en train de se faire submerger par l'infanterie adverse ,sans risquer de l'endommager .


     Choix des blindés pour une opération donnée  .

Le choix d'un blindé dépend de plusieurs paramètres :

  • Blindage
  • Angles de vue
  • Angles de tir
  • Capacités de tir

Aucun blindé actuellement disponible sur le marché n'est idéal en zone urbaine .
Il faut donc trouver un compromis .
Le compromis actuellement est le suivant :

  • Chars ou Bulldozer blindé à l'avant .
  • Transports de troupes équipés d'une artillerie antiaérienne (12.7 ou 20) sur les flancs et l'arrière,l'artillerie anti aérienne étant destinée uniquement à offrir d'une part un tir rapide quel que soit l'angle d'élévation,et d'autre part un haut degré d'élévation de telle façon qu'il puisse engager des cibles situées dans des étages .


L'emploi d'unités combinées (chars,bulldozer,transports de troupes) est meilleur que l'emploi d'unités monotypes ,
chacune palliant aux défauts des autres .


La progression en milieu urbain .

Plusieurs questions doivent avoir trouvé une réponse satisfaisante compte tenu des circonstances :

  • Qui ?
  • Équipé "comment" ?
  • Appuyé par qui ?
  • Va progresser "comment" ?
  • Sous le contrôle de "qui" ?

Certaines questions sont très faciles : il faut absolument une coopération entre toutes les unités : blindés,infanterie,hélicos et aviation,si on veut pouvoir progresser avec un minimum de pertes et un maximum d'efficacité .
Les autres questions sont par contre beaucoup plus difficiles ....

     La progression des blindés .

La meilleure méthode de progression consiste à manœuvrer simultanément par bloc de 4 unités (des "box") chacun des éléments du "box" couvrant une partie de l'espace,et chacun étant prêt à fournir un appui-feu aux autres membres du "box" .

Dans un ensemble urbain,chaque "box" avance en parallèle avec des "box" adjacents, le tout étant contrôlé par une surveillance hélico .

003.jpg (29174 octets)
Des surveillances "au sol" par blindés dotés d'importantes capacités de vision sont très utiles...


d9.jpg (58307 octets) Des éléments spécialisés dans le génie civil et fortement blindés peuvent apporter une aide considérable ....
  • destruction d'obstacles,
  • dégagement des angles de tir,
  • Création de liens transversaux entre les unités en approche.
  • destruction des "body traps" ,
  • "aveuglement" des angles de tirs des tireurs adverses disposés au niveau du sol . 



Une fois atteint des points stratégiques type "croisement important", les véhicules de combat s'organisent pour prendre les axes routiers en enfilade ,et veillent à utiliser pour cela un armement ou des munitions appropriées pour éviter le tir fratricide .

001.jpg (29657 octets) Position de contrôle "classique" d'un carrefour par deux chars Merkava 4 facilement reconnaissables grâce au dessin particulier de la tourelle .

    La surveillance "hélico".

L'hélico de surveillance doit pouvoir à tout moment appeler des hélicoptères de combat ou de l'artillerie à tir parabolique en appui .
En cas d'opposition par missiles anti aériens,la surveillance aérienne doit pouvoir appeler à son secours soit de l'artillerie,soit des avions d'attaque au sol .




Qui va diriger la progression ?



Excellente question ....

Pour pénétrer en ville ,3 éléments sont indispensables :

  • des chars pour ouvrir la voie et servir d'appui feu ;
  • de l'infanterie pour nettoyer le terrain .
  • des hélico pour observer et sécuriser la progression .


Pour pouvoir diriger,il faut :

  • Savoir ce qui se passe .
  • Disposer de cartes pour savoir évaluer les choses ;
  • Disposer de place pour savoir voir ce qui se passe "chez lui" ( pertes,etc ...) et "ailleurs" .
  • Disposer de moyens de liaisons pour savoir appeler ses unités ,et d'autres unités .
  • Posséder de quoi "tenir" la gestion de la manœuvre dans le temps .

Encore une fois, aucun des éléments actuellement disponible ne correspond tout à fait aux exigences .
Il faut donc faire un compromis .
Une chose est exclue,est que le commandement repose sur l'hélicoptère :

  • Trop vulnérable
  • Pas assez de moyens de communication
  • Pas assez de place pour savoir tenir à jour la progression .

Par contre l'hélico est l'engin idéal pour être attribué à un homme de confiance qui gère la progression mais toujours sous l'autorité mère qui elle reste au sol .

Le PC doit être au sol .
Qui va diriger le PC ?
Une unité de blindés ou une unité d'infanterie ? (le PC peut très bien être dans un char d'une unité d'infanterie) .

Il faut voir ce qui convient le mieux ,et plusieurs paramètres doivent être pris en compte :

  • Si le problème principal est la progression, le PC doit être confié à l'unité blindée .
  • Si le problème principal est l'activité de l'infanterie ennemie,le PC doit être confié à l'infanterie .

  • Si le combat se fait en zone urbaine "ouverte" (périphérie de ville,ville nouvelles,centres commerciaux),il est préférable de laisser le commandement aux blindés .
  • Si le combat se fait en zone urbaine "fermée" ( vieille ville) il est préférable de laisser le commandement à l'infanterie ,car le principal problème sera l'infanterie ennemie .

Les résultats ....

Le résultat de tout cela n'est pas très beau à voir comme le montrent ces photos de Jénine ...

  • Cisjordanie
  • avril 2002
  • 140 maisons rasées
  • 200 maisons inhabitables de façon définitive
  • 4.000 sans abris ...

aaa.jpg (83015 octets) Jénine "avant" .
aab.jpg (72589 octets) Jénine "après"
aac.jpg (76364 octets) Explications :
  • attaque concentrique.
  • dégagement de la progression
  • installation de pc en léger retrait
  • liaison par des transversales .


Retour